INFO & ACTUALITÉ

Armement : Le futur porte-avion sera nucléaire et compatible avec le Scaf

samedi 5 décembre 2020 | Infos et Actualités | 6 commentaires

Le successeur du Charles de Gaulle sera à propulsion nucléaire et taillé pour accueillir l’avion du futur Scaf. Reste encore à savoir si la France décidera d’en construire simultanément un second.

Pang !

Cet acronyme va se faire entendre. Il s’agit du programme de porte-avions de nouvelle génération. Ce projet faramineux n’existe encore que sur le papier, mais de plus en plus d’éléments dévoilent ce vaisseau qui sera au coeur de la défense française et européenne. Ces annonces auraient dû être faites par Emmanuel Macron mais ont été annulées à cause de l’actualité.

Propulsion nucléaire ou classique ?

Le choix semble avoir été arrêté sur le nucléaire. Selon le site spécialisé Mer et Marine, il serait même acté et devrait être confié à Framatome qui a annoncé le mois dernier la création d’une division « Défense ». C’est d’ailleurs sur le site du Creusot (Saône et Loire) que le président de la République prévoyait de faire une annonce en octobre.

Le groupe n’a pas attendu pour dévoiler cette unité. Sur son site, il explique être déjà intervenu sur le porte-avions Charles de Gaulle et avoir contribué aux programmes de sous-marins nucléaires comme le Barracuda et le SNLE 3G. Ancienne filiale d’Areva, Framatome est désormais détenu par EDF (75,5 %), Mitsubishi Heavy Industries (19,5%) et Assystem (5 %).

Le Pang sera équipé de deux chaufferies nucléaires bien plus puissantes que celles du Charles de Gaulle. Au lieu de deux réacteurs de 150 Mw chacune, le futur porte-avion affichera une puissance totale de 450 Mw.

Conçu pour l’avion du futur

Cette puissance est imposée par les dimensions du nouveau navire et la taille de ses catapultes. Le Pang est conçu pour être compatible avec le Scaf (Système de combat aérien du futur) développé en partenariat avec l’Allemagne et l’Espagne constitué d’un avion principal (NGF, pour new generation fighter) et de drones. Le version navale du NGF aura une masse de 30 tonnes, contre environ 20 tonnes pour les actuels Rafale Marine.

Ce navire devrait donc atteindre une longueur de plus 280 mètres, contre 261 pour le Charles de Gaulle, et un tonnage de 70.000 tonnes, contre 42.500.

Quant aux catapultes, elles seront longues de 90 mètres, contre 75 mètres pour celles du Charles de Gaulle. Elles seront aussi électromagnétiques et non plus à vapeur. Ces éléments, ainsi que les systèmes de freinages pour l’apontage des avions, seront produites par des groupes américains. Leur coût est évalué à plus d’un milliard d’euros.

Le choix du nucléaire faisait débat depuis l’annonce de ce nouveau porte-avion. En juin, un « proche du dossier », indiquait à La Tribune qu’au départ, une propulsion classique était privilégiée.
« Les instructions étaient d’expliquer que le nucléaire allait prendre 15 ans de plus et que cette option est compliquée. Alors que si la marine veut un nouveau porte-avions très, très vite, il vaut mieux qu’il soit classique. C’était l’état d’esprit au départ », expliquait cette source.

Le Pang pourrait entrer en service à l’horizon 2040 en même temps que le Scaf avait indiqué l’amiral Christophe Prazuck, chef d’état major de la Marine, lors d’une audition au Sénat, soit un peu avant la mise en retraite du Charles de Gaulle qui est entré en fonction en 2000.

Deux Pang plutôt qu’un

Des questions restent en suspend, notamment la possibilité de construire deux Pang pour des raisons opérationnelles, mais aussi financières. Deux vaisseaux permettraient d’atteindre une disponibilité de 100%, contre 63% avec le Charles de Gaule, et des économies d’échelles évaluées entre 30% et 40%.

C’est ce que soulève un rapport sénatorial de Olivier Cigolotti et Gilbert Roger, membres de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées.
« L’enjeu d’un deuxième porte-avions, c’est de pouvoir disposer d’une permanence d’alerte, concept à distinguer de la permanence à la mer (qui nécessite trois à quatre porte-avions). Ce deuxième PA permettrait d’être plus réactif, plus résilient, d’agir davantage dans la durée ».

Reste à financer ce programme. « La décision de construire un deuxième porte-avions de nouvelle génération n’a pas à être prise dans le cadre de la LPM en cours, mais elle devrait l’être pour la LPM suivante (post-2025) », note le rapport en rappelant que les Britanniques ont déjà privilégié cette option. Le Royaume Uni dispose désormais de deux porte-avions: le HMS Queen Elisabeth et le HMS Prince of Wales.

A ce jour, les Etats-Unis disposent de 11 vaisseaux, contre deux pour la Chine et un pour la Russie.

Source : BFMTV Eco – Pascal Samama / Illustration : THALES – DCNS

* * *

Commentaires

6 Commentaires

  1. En ce qui me concerne je m’en tape, il y à plus urgent… La vérité sur la sécurité et la santé des français… Je ne me fait plus d’illusion… J’ai des craintes.
    Nous sommes dans la merde, l’économie du pays aussi !

    Plus grave encore, personne n’a de solution définitive pour nous sortir du pétrin.

  2. Je ne sais si la France décidera d’en construire un second…je ne connais pas les projets du ministère de la défense.
    Déjà celui-ci coutera une fortune pour la construction….par la même elle préservera les emplois de tout en chacun…..
    Pour un second, je doute de la réalisation pas avant une bonne quinzaine d’années voir plus……car le sujet est grandiose, voir faramineux.
    Reste aussi et avant toutes choses de trouver immédiatement une solution pour la santé de nos militaires qui se trouverons à bord du porte-avions et bien entendu de tous les français….

  3. Un porte-avions prévisible, un second en vue….le gouvernement à la bourse bien remplies…..sachant que depuis le mois de mars, le covid-19 nous coute plus de 186 milliards d’euros …pesant très lourd sur le budget de la France.

  4. Mettre plus de 6milliards deuros pour un porte-avions pour quoi faire……. Pour défendre seuls la sécurité d’autrui ?
    Avec les OPEX en Afrique, la pandémie, la casse faite par des loubards en France le budget s’amenuise…..freinons avec les deux pieds…respirons, respirons SVP……nous avons les yeux plus gros que le ventre……. Laissons l’union européenne prendre les devant pour protéger l’Europe des 27.

  5. Contre d’autres pays, même avec deux porte-avions nous frisons le ridicule.
    Bien que d’autres en disposent, Gardons sous le bras l’arme de dissuasion nucléaire qui est à mon avis notre saint-bernard !!!
    Un porte avions avec tout son armada ne réglera jamais les scènes de violences, de vandalismes, d’attentats, de crimes que nous avons dans le pays.
    Ras les basques.

  6. Un porte-avions porte au plus près les missions aériennes que l’on lui demande.
    L’objectif actuel de l’OTAN détruire Daech et protéger les populations environnant.
    Je ne pense que le nouveau fleuron de la marine française aura moins de malchance que son prédécesseur…..
    Cette construction à un cout de 5 / 6 milliards d’euros…plus la formation des équipages, plus l’escorte chargée de sa protection.
    Dans les circonstances actuelles, avant la construction d’un second…..je pense croire que nous avons des priorités sur le coronavirus et autres qui nous arriveraient de l’Inde !!!

FNCV

Les combattants volontaires d’hier et d’aujourd’hui préparent ceux de demain...