Turquie : Soutien de l’UE et de l’OTAN suite à un violent tremblement de terre…

INFO & ACTUALITÉ

Turquie : Soutien de l’UE et de l’OTAN suite à un violent tremblement de terre…

L’UE enverra des secours en Turquie après le séisme, l’Otan et de nombreux pays sont au diapason

Un séisme de magnitude 7,8 a frappé lundi le sud de la Turquie et la Syrie voisine, faisant des centaines de morts dans les deux pays et de très importants dégâts selon de premiers bilans en constante évolution.

Équipes de secours de l’UE

L’Union européenne a envoyé des équipes de secours en Turquie, frappée par un violent séisme qui touche aussi la Syrie, a annoncé lundi le commissaire européen à la Gestion des crises Janez Lenarcic.

« À la suite du tremblement de terre survenu ce matin en Turquie, nous avons activé le mécanisme de protection civile de l’UE. Le Centre de coordination des réactions d’urgence de l’UE coordonne le déploiement d’équipes de secours européennes. Des équipes des Pays-Bas et de Roumanie sont déjà en route », a tweeté le responsable européen. Cette aide répond à une demande de la Turquie, a précisé un porte-parole de la Commission.

L’Allemagne, l’Italie et la France ont offert leur aide aux populations des régions dévastées, de même que la Belgique, la Pologne, l’Espagne, Israël, la Suède, la Grèce et la Finlande.

« Nous suivons, bouleversés, les nouvelles du séisme dans la région frontalière entre la Turquie et la Syrie. Le nombre de morts ne cesse d’augmenter. Nous pleurons avec les familles et tremblons pour les personnes ensevelies », a notamment tweeté le chancelier allemand Olaf Scholz.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé que la France était prête « à apporter une « aide d’urgence aux populations », réagissant aux « images terribles » d’un « tremblement de terre d’une force inédite ».

Soutien de l’OTAN

Le secrétaire-général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a également écrit sur Twitter que la Turquie  [Ndlr: pays membre de l’Alliance atlantique] recevra le soutien de ses partenaires de l’organisation politico-militaire.
Dans le même temps, le ministère russe des Situations d’urgence a promis deux avions de sauveteurs à la Syrie et à la Turquie, selon l’agence de presse russe TASS.

Twitter : Une vidéo de l’onde sismique (Ndlr)
Seismic waves from the M7.8 (USGS) earthquake in Southern Turkey crossing Europe

Source : RTL ino – rtl.be par Agence Belga / Photo : AFP – REUTERS
Un puissant séisme frappe la Turquie et la Syrie et fait plus de 600 morts: « Nous entendons des voix ici et là-bas », déclare un secouriste.
~ FNCV, Actualité et revue de presse ~

Voir aussi : Sources et références…
https://www.rtl.be/actu/monde/international/lue-enverra-des-secours-en-turquie-apres-le-seisme-lotan-et-des-pays-sont-au/2023-02-06/article/522268
https://www.sudouest.fr/politique/emmanuel-macron/seisme-en-turquie-et-en-syrie-l-aide-internationale-s-organise-l-ue-envoie-des-equipes-de-secours-13958140.php
https://www.lemonde.fr/international/live/2023/02/06/seisme-en-turquie-et-en-syrie-en-direct-des-centaines-de-morts-selon-un-bilan-encore-provisoire_6160695_3210.html

 

FNCV

Les combattants volontaires d’hier et d’aujourd’hui préparent ceux de demain...

Armement : Diamant, un nouveau système de protection active testé par la DGA…

INFO & ACTUALITÉ

Armement : Diamant, un nouveau système de protection active testé par la DGA…

La Direction générale de l’armement a testé le système de protection active « Diamant » avec un blindé Griffon

Si elle communique régulièrement sur ses activités, la Direction générale de l’armement [DGA] ne dit pas tout ce qu’elle fait. Du moins pas dans l’immédiat. Ainsi, dans une vidéo intitulée « Faits marquants de l’année 2022 », elle a évoqué plusieurs programmes ayant fait l’objet d’une évaluation ou d’essais et dont elle n’avait peu parlé jusqu’à présent. Tel est par exemple le cas du projet MANTA, qui vise à développer un algorithme d’intelligence artificielle « comme aide à l’expertise de manoeuvrabilité des sous-marins ».

Cela étant, et alors que le général Pierre Schill, le chef d’état-major de l’armée de Terre, a récemment plaidé en faveur de l’intégration d’un système de protection active [APS] sur les chars Leclerc et les blindés de la famille SCORPION, comme le Griffon, le Jaguar on encore le Serval.

Pour rappel, un système de protection active [ou « Hard Kill »] détecte et détruit un projectile [missile, roquette, obus] avant son impact contre un blindé. Le retour d’expérience [RETEX] de la guerre en Ukraine démontre qu’un tel dispositif est indispensable.

Or, à la fin des années 2000, TDA Armement SAS [société depuis intégrée à Thales LAS France] et l’Institut franco-allemand de recherches de Saint-Louis [ISL] avaient mené des travaux pour développer une telle capacité. Ce qui avait ensuite permis de concevoir un démonstrateur qui, appelé SHarK [« Système Hard Kill »], donna satisfaction lors de ses essais. Seulement, aucune suite ne fut donnée.

Cependant, dans le cadre du programme SCORPION et en vue du MGCS [Main Ground Combat System ou Système Principal de Combat Terrestre], mené en coopération avec l’Allemagne, Nexter et Thales se sont vus confier le Projet de technologie de défense [PTD] « Prometeus » [PROtection Multi Effets Terrestre Unifiée], lequel vise à mettre au point un système de protection « globale » des blindés en combinant trois technologies, savoir la « protection passive polyvalente », la « protection réactive » et la « protection active ».

L’objectif de ce PTD « Prometeus » est de « démontrer la faisabilité des principales briques technologiques nécessaires à la validation du concept » et de « lever les risques sur l’intégration plateforme et conduire les essais système démontrant la neutralisation de menaces réelles ».

Dans sa vidéo relative à ses « faits marquants en 2022 », la DGA a donné des nouvelles de « Prometeus »… En indiquant qu’elle avait mené une campagne d’essai du système de « protection active Diamant », intégré à un Griffon. Ces tests ont été effectués en juillet dernier. A priori avec succès… car la DGA n’en aurait pas parlé si cela n’avait pas été le cas.

Reste à voir quand cet APS « Diamant » sera opérationnel… Devant la commission de la Défense, à l’Assemblée nationale, le général Schill avait assuré qu’un tel dispositif serait intégré sur le Leclerc. Mais la mise au standard XLR de ce char ne le prévoit pas pour le moment…

Source : Zone Militaire – Laurent Lagneau / Photo : DGA (Capture d’écran)
~ FNCV, Actualité et revue de presse ~

Voir aussi : Sources et références…
https://www.opex360.com/2023/01/31/la-direction-generale-de-larmement-a-teste-le-systeme-de-protection-active-diamant-avec-un-blinde-griffon/

FNCV

Les combattants volontaires d’hier et d’aujourd’hui préparent ceux de demain...

Etats-Unis : Le Pentagone surveille un ballon espion chinois qui survole le territoire américain

INFO & ACTUALITÉ

Etats-Unis : Le Pentagone surveille un ballon espion chinois qui survole le territoire américain

Un ballon espion chinois au-dessus des États-Unis suspecté de « collecte de renseignements »

Les Etats-Unis et le Canada traquaient ce vendredi au moins un ballon espion chinois volant à haute altitude depuis plusieurs jours au-dessus de l’Amérique du nord et de sites militaires sensibles.

C’est un épisode qui ravive les tensions entre Washington et Pékin à quelques jours d’une visite prévue du chef de la diplomatie américaine Antony Blinken en Chine.

Le Pentagone a annoncé jeudi la présence du ballon dans l’espace aérien des Etats-Unis, et le gouvernement canadien a dit vendredi enquêter sur « un deuxième incident potentiel ». « Les Canadiens sont en sécurité et le Canada prend des mesures pour assurer la sécurité de son espace aérien, y compris la surveillance d’un deuxième incident potentiel », a affirmé le ministère de la Défense nationale du Canada dans un communiqué.

« Le gouvernement des États-Unis a détecté et suit un ballon de surveillance à haute altitude qui se trouve actuellement au-dessus de la zone continentale des États-Unis », avait auparavant déclaré le porte-parole du Pentagone, cité par la chaîne NBC News.

L’engin a été repéré au-dessus de Billings dans l’État du Montana (Nord), mercredi. Il a survolé les îles Aléoutiennes et traversé le Canada avant d’atteindre les États-Unis. Selon un haut responsable de la défense cité par la chaîne, le ballon se trouverait toujours au-dessus des États-Unis, mais sa position actuelle est gardée secrète par le Pentagone.

Des chasseurs envoyés à sa rencontre

À la demande du président Joe Biden, le Pentagone a examiné la possibilité de l’abattre mais la décision a été prise de ne pas le faire en raison des risques potentiels pour les personnes au sol, a précisé le haut responsable. Selon NBC, des avions de chasse ont même été envoyés à sa rencontre.

« Actuellement, nous estimons que ce ballon a une valeur ajoutée limitée du point de vue de la collecte de renseignements », a expliqué le haut responsable de la défense à la chaîne américaine. « Néanmoins, nous prenons toutes les mesures nécessaires pour nous protéger contre cette collecte d’informations », a-t-il précisé, ajoutant que le ballon ne constituait pas une menace pour l’aviation civile en raison de son altitude.

Le porte-parole du Pentagone, Pat Ryder, a précisé que le commandement de la défense aérospatiale des Etats-Unis et du Canada (Norad) surveillait la trajectoire du ballon.

« Au-dessus de sites sensibles »

« Le ballon vole actuellement à une altitude bien au-dessus du trafic aérien commercial. Il ne présente pas de menace militaire ou physique pour les personnes au sol », a-t-il dit dans un communiqué.

« Clairement, ce ballon est destiné à la surveillance et sa trajectoire actuelle l’amène au-dessus de sites sensibles » notamment des bases aériennes et des silos de missiles stratégiques, a indiqué le premier responsable de la Défense américain, évoquant l’Etat du Montana, dans le nord-ouest des Etats-Unis.

Le ballon est entré dans l’espace aérien des Etats-Unis « il y a environ deux jours » mais le renseignement américain le surveillait déjà, a indiqué cette source, en ajoutant que ce n’était pas la première fois que l’armée américaine constatait une telle intrusion.

Cette fois, cependant, le ballon est resté dans l’espace aérien des Etats-Unis beaucoup plus longtemps. Des avions de chasse se sont approchés de l’engin au-dessus du Montana, selon la même source.

Source : LeParisien.fr avec AFP / Photo : AFP/Chase Doak
~ FNCV, Actualité et revue de presse ~

Voir aussi : Sources et références…
https://www.leparisien.fr/international/le-pentagone-surveille-un-mysterieux-ballon-espion-chinois-au-dessus-des-etats-unis-03-02-2023-JGLBDGIGBZHO7FBDJ4DYZGOESY.php
https://www.20minutes.fr/monde/4021780-20230203-pentagone-surveille-ballon-espion-chinois-dessus-etats-unis-ecarte-abattre-instant
https://www.lemonde.fr/international/article/2023/02/03/etats-unis-le-pentagone-a-repere-un-ballon-espion-chinois-qui-survole-le-territoire-americain_6160327_3210.html

FNCV

Les combattants volontaires d’hier et d’aujourd’hui préparent ceux de demain...

Energie : Le pétrole de Landes réservé pour les Armées…

INFO & ACTUALITÉ

Energie : Le pétrole de Landes réservé pour les Armées…

La production pétrolière des Landes pourrait revenir exclusivement au ministère des Armées

Depuis que la Terre existe, le climat a constamment évolué. Par exemple, entre les Xe et XIIIe siècle, il faisait plus chaud qu’à notre époque, au point que, en Europe, on pouvait encore trouver des fraises en hiver et que les Anglais faisaient du « bon vin ». Puis est venu ensuite le « petit âge glaciaire », dont la fin se situe au milieu du XIXe siècle. Et entre 1920 et 1940, des records de températures, dont certains tiennent encore aujourd’hui, ont été relevés…

Aussi, et comme le soutient Olivier Postel-Vinay, auteur de « Sapiens et le Climat« , après avoir dirigé les rédactions de plusieurs magazines scientifiques, il « faut replacer le réchauffement climatique dans le temps long » et éviter de céder au « présentisme » qui, selon l’historien François Hartog, fait que « tout devient urgent, et dès lors que tout est urgence, on ne sait plus comment arbitrer entre les urgences ».

Quoi qu’il en soit, en décembre 2017, et justement au nom de la lutte contre le changement climatique, la France a adopté la loi n° 2017-1839 [dite « loi Hulot »] visant à « mettre fin à la recherche ainsi qu’à l’exploitation des hydrocarbures ».

En clair, ce texte interdit la délivrance de permis de recherche d’hydrocarbures et l’exploitation de gaz de schiste. Mais pas seulement puisqu’il prévoit aussi de ne plus prolonger les concessions déjà accordées pour l’exploitation de pétrole au-delà de 2040.

Le « Texas français » pour les Armées…

Beaucoup l’ignorent sans doute… Mais le département des Landes, [40], grâce au site de Parentis, est producteur de pétrole. Ce qui lui vaut d’ailleurs d’être surnommé le « Texas français ». Ce gisement a été repris en 2006 par Vermilion, une entreprise canadienne qui avait le projet optimiser l’extraction des puits existants. La concession fut alors renouvelée pour une durée de 25 ans. « C’est aujourd’hui le premier producteur de pétrole en France métropolitaine, implanté sur les bassins parisien et aquitain, avec environ 12 600 barils par jour [la production nationale journalière est de 20 000 barils par jour]. Ce qui ne représente qu’1 % de notre consommation actuelle », avait expliqué Sud Ouest, en 2016.

Or, ce 1% des besoins pétroliers correspond… à ceux des forces françaises. D’où les efforts du député Fabien Lainé [MoDem] pour que, au regard du contexte géostratégique, cette production landaise soit affectée au Service de l’Énergie Opérationnelle [SEO] du ministère des Armées. Seulement, la « loi Hulot » pourrait être un obstacle.

« Dans un esprit responsable qui tiendrait compte de la transition énergétique et de la lutte contre les changements climatiques », assure-t-il, le député plaide « pour un assouplissement de la loi Hulot en évoquant le droit en matière d’accès à l’énergie, les enjeux d’autonomie stratégique des Forces armées françaises, notamment celles des opérations militaires extérieures ».

« 1 % de nos besoins de pétrole est produit sur le sol français. Les armées consomment 1 % de nos besoins. Les Landes est le département où l’on produit le plus de pétrole sur le territoire français. C’est ici qu’il convient de parler de pétrole stratégique et responsable, car il y a 3 fois moins d’émissions carbone sur le pétrole extrait dans le département par rapport à celui qui est importé. On pourrait se servir ainsi notamment du pétrole produit à Parentis-en-Born, pour alimenter le matériel des Forces armées françaises », explique M. Lainé.

Visiblement, ses arguments ont porté. Lors de son audition par les députés commission de la Défense, le 24 janvier, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, a indiqué que le Secrétariat général de la Défense et de la Sécurité nationale [SGDSN, qui relève du Premier ministre, nldr] s’était saisi du dossier.

Source : Zone Militaire – Laurent Lagneau / Photo : Wikipedia
~ FNCV, Actualité et revue de presse ~

Voir aussi : Sources et références…
https://www.opex360.com/2023/01/28/la-production-petroliere-des-landes-pourrait-revenir-exclusivement-au-ministere-des-armees/
https://www.ecologie.gouv.fr/ressources-en-hydrocarbures-france
https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9serves_de_p%C3%A9trole_en_France

FNCV

Les combattants volontaires d’hier et d’aujourd’hui préparent ceux de demain...

Ukraine : Pas de chars Leclerc, mais des canons Caesar…

INFO & ACTUALITÉ

Ukraine : Pas de chars Leclerc, mais des canons Caesar…

… A défaut de chars lourds Leclerc, que La France n’envisage pas de livrer à l’Ukraine…

Douze canons Caesar de plus pour l’Ukraine !

Les précédentes livraisons françaises ainsi que les 19 Caesar danois forment une masse d’artillerie considérable.

Si les Ukrainiens n’auront pas de chars Leclerc et pas encore d’avions, ils recevront de nouveaux canons Caesar. À l’issue de leur entretien à Paris, mardi, le ministre des Armées, Sébastien Lecornu, et son homologue, Oleksiy Reznikov, ont fait le point sur l’aide que la France continuera d’offrir à Kiev pour se défendre contre l’invasion russe. Le fonds de soutien doté de 200 millions d’euros, constitué l’année dernière, «va permettre de donner douze canons Caesar», a annoncé le ministre des Armées en se réjouissant que Nexter, le fabricant, ait réussi «à augmenter sa capacité de production». Le calendrier des livraisons reste à préciser. Grâce à ce fonds de soutien, Kiev pourra aussi acquérir un radar moyenne portée GM 200 fabriqué par Thales.

Sur les 18 canons Caesar déjà livrés, un se trouve hors d’usage. Les 17 autres ont «besoin de maintenance» en raison «des combats ou de l’usure classique des matériels», a poursuivi Sébastien Lecornu. À cette liste, il faut ajouter les 19 canons Caesar liés à une commande du Danemark que Copenhague va finalement livrer à l’Ukraine. Désormais «nous sommes dans une masse qui n’a rien de négligeable», a insisté le ministre. Pour achever le tableau, il a annoncé l’envoi de carburant et rappelé l’accord signé la veille avec l’Australie pour produire des munitions de 155 mm. Par ailleurs, 150 soldats français seront envoyés en Pologne pour assurer des missions de formation au profit de l’armée ukrainienne. «L’objectif est de former 600 soldats par mois», a-t-il expliqué.

La «liste au Père Noël» de l’Ukraine…

Oleksiy Reznikov a plusieurs fois remercié la France pour son soutien. Mais il n’a pas caché que sa «liste au Père Noël» était encore longue. Avec Sébastien Lecornu, il a évoqué ses besoins en avions de combat, sans préciser le type d’équipement, a-t-il précisé, pour ne pas relancer le débat sur la livraison de Mirage 2000. Mais il cherche clairement à susciter un mouvement. «Il n’y a pas de tabous», a répondu Sébastien Lecornu en admettant qu’une discussion pouvait être engagée. Mais, en coulisses, au sein des armées, on n’envisage pas pour l’instant de fournir ces appareils. Si les pilotes ukrainiens utilisent des MiG, la prise en main de Mirage demanderait une longue formation. Le président américain, Joe Biden, a aussi exclu pour l’instant la livraison de F-16. «Je suis optimiste», a néanmoins assuré Oleksiy Reznikov en rappelant les précédentes hésitations des Occidentaux sur l’artillerie ou les chars.

Source : Lefigaro.fr par Nicolas Barotte / Photo : ARIS MESSINIS Crédits : AFP
~ FNCV, Actualité et revue de presse ~

Voir aussi : Sources et références…
https://www.lefigaro.fr/international/douze-canons-caesar-de-plus-pour-l-ukraine-20230131
https://www.europe1.fr/international/guerre-en-ukraine-emmanuel-macron-recoit-le-ministre-de-la-defense-ukrainien-a-paris-4164628

FNCV

Les combattants volontaires d’hier et d’aujourd’hui préparent ceux de demain...

Hélicoptères : L’avenir des Tigres de l’ALAT remise en question ?

INFO & ACTUALITÉ

Hélicoptères : L’avenir des Tigres de l’ALAT remise en question ?

La modernisation des hélicoptères Tigre de l’armée de Terre aurait du plomb dans l’aile

Le 19 janvier, en signant le Traité de Barcelone, la France et l’Espagne ont renforcé significativement leur coopération dans de nombreux domaines, dont celui de la défense. Et cela alors que les deux pays mènent ensemble plusieurs programmes d’armement, dont le Système de combat aérien du futur [SCAF] et la modernisation de l’hélicoptère d’attaque Tigre. Or, celle-ci pourrait faire les frais de la prochaine Loi de programmation militaire [LPM]…

Pour rappel, ce programme à porter le Tigre au standard Mk3. Il vise notamment à adapter cet hélicoptère au combat collaboratif [avec la possibilité de prendre le contrôle de drones et de partager des données tactiques en temps réel] et à lui permettre d’emporter des missiles haut de trame [MHT ou Akeron HT] ou Spike [pour la version espagnole].

Lancée en 2022, cette modernisation du Tigre doit impliquer, outre Airbus Helicopters, Safran, Thales et MBDA. Le faux-bond de l’Allemagne, qui était initialement partie prenante à ce projet, a contraint la France et l’Espagne à revoir leurs ambitions à la baisse, malgré les sommes engagées par ces deux pays. Ainsi, Paris a prévu d’investir 2,8 milliards d’euros pour porter 42 Tigre au standard Mk3 sur les 67 que possèdent l’aviation légère de l’armée de Terre [ALAT] tandis que Madrid a débloqué une enveloppe de 1,18 milliard pour 18 exemplaires mis en oeuvre par les Fuerzas aeromobiles del Ejercito de tierra [FAMET].

Les hélicoptères d’attaque russes mis en difficulté en Ukraine…

Seulement, la question est de savoir si ce programme ira jusqu’au bout, notamment à la lumière des retours d’expérience [RETEX] de la guerre en Ukraine, les hélicoptères d’attaque russes ayant été mis en difficulté. Deux conceptions s’opposent.

Ainsi, en décembre, la presse nippone a rapporté que le ministère japonais de la Défense envisageait de se séparer de ses hélicoptères d’attaque et de reconnaissance AH-64D Apache, AH-1S Cobra et Kawazaki OH-1 pour les remplacer par des drones tactiques.

A contrario, la British Army entend conserver les siens, comme le suggère le récent exercice qu’elle a mené avec des AH-64E Guardian, en vue d’adapter ses tactiques en fonction des RETEX de la guerre en Ukraine. « Nous avons dû complètement changer notre façon d’opérer à la fois dans les airs et au sol, pour exploiter au mieux les capteurs, les armes et les systèmes de communication améliorés de l’AH-64E, ainsi que ses meilleures performances de vol », a-t-elle fait valoir.

Et d’ajouter : « Pour […] frapper l’ennemi avant qu’il ne puisse viser les troupes amies, les AH-64E doivent être soutenus sur le terrain. Aussi, le fonctionnement des points de d’armement et de ravitaillement avancés [FARP] a été repensé afin d’éviter que les équipes de soutien ne soient localisées par des drones ou que leurs communications ne soient interceptées ».

Quel avenir pour les Tigres de l’ALAT ?

Qu’en sera-t-il pour l’ALAT, et donc pour l’avenir de ses Tigre? Selon La Tribune, son stantard Mk3 ne serait plus jugé prioritaire par l’État-major des armées, qui se contenterait d’une modernisation « a minima ». Ce qui inquiète les industriels concernés, qui ont donc adressé une lettre à Sébastien Lecornu, le ministre des Armées, pour défendre ce programme. Seront-ils entendus?

Cela étant, l’abandon éventuel du Tigre Mk3 n’est pas nouvelle… Des rumeurs couraient à son sujet dès l’automne dernier… Et le sénateur Cédric Perrin s’en était fait l’écho lors d’une séance de la commission des Affaires étrangères et des Forces armées. « L’an dernier, dans le cadre d’une mission à Madrid, nous avions évoqué avec les Espagnols le projet de modernisation du Tigre 3, afin de pallier les carences allemandes sur ce sujet. Si les assertions de la presse se révèlent exactes et que le Tigre 3 est effectivement abandonné par la France pour des raisons budgétaires, nous aurons bonne mine d’avoir sollicité les Espagnols », avait-il affirmé.

Source : Zone Militaire – Laurent Lagneau / Photo : THALES
~ FNCV, Actualité et revue de presse ~

Voir aussi : Sources et références…
https://www.opex360.com/2023/01/24/la-modernisation-des-helicopteres-tigre-de-larmee-de-terre-aurait-du-plomb-dans-laile/
https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/de-tres-serieuses-menaces-pesent-sur-la-modernisation-de-l-helicoptere-d-attaque-tigre-949031.html
https://www.lesechos.fr/industrie-services/air-defense/paris-et-madrid-lancent-la-modernisation-de-lhelicoptere-de-combat-tigre-sans-attendre-berlin-1390850
https://www.journal-aviation.com/actualites/46514-la-france-et-l-espagne-lancent-le-programme-de-modernisation-de-l-helicoptere-de-combat-tigre

FNCV

Les combattants volontaires d’hier et d’aujourd’hui préparent ceux de demain...